Témoignage de Sandrine, 23 ans
Publié en juin 2001
Pour contacter directement Sandrine : sretore@aol.com

Je m'appelle Sandrine, j'ai 23 ans, et je souffre d'acouphènes depuis maintenant deux ans.

Cet étrange sifflement est apparu lors de la soirée du mariage de mon frère. Je me souviens que la semaine après la fête, j'étais fortement agressée par ce bruit très gênant.

LE GÉNÉRALISTE

Je n'oublierai jamais cette consultation car quand j'y repense, je me dis que si mon généraliste avait fait quelque chose, je ne serais peut-être pas là à parler de ce sifflement. Eh oui, quand j'ai expliqué à mon médecin que j'avais un sifflement dans l'oreille, il n'a rien su me dire d'autre que : "Ce n'est rien, c'est juste un rhume, ça va passer." Deux ans plus tard, je trouve que ce rhume met bien du temps à se soigner !

L'O.R.L.

Un mois après j'ai décidé de consulter un ORL afin de voir où en était mon audition et aussi qu'il m'explique ce qui se passait. Là, je dois remercier le tact de ces grands professeurs et autres, qui, plutôt que de passer des heures à bosser dans deux structures devraient prendre des cours d'humanité...
Il m'a dit: "Mademoiselle, vous souffrez de presbyacousie et d'acouphènes". Merci pour le langage compréhensible de tous !!! Il m'a expliqué que la presbyacousie est un vieillissement précoce de l'oreille et que ça le surprenait chez une jeune de mon âge, surtout que je n'abusais pas du volume musical. Bref, une perte globale de 15 dB à l'oreille gauche avec une chute à 40 dB sur les 8000 Hz, une perte de 10 à 20 dB sur l'oreille droite avec une chute à 30 sur les 8000 Hz. A cela s'ajoute donc un acouphène à 4000Hz qu'il m'a présenté comme quelque chose auquel on ne pouvait rien faire. Sympa de commencer sa route dans la vie avec des professionnels qui vous démontent le moral.

L'ISOLEMENT

Je reconnais que j'ai de la chance de ne pas souffrir d'hyperacousie, mais ce n'est pas facile non plus de savoir qu'à 23 ans on a l'oreille d'une personne de 60 ans ! Et puis c'est fou ce que les gens ne sont pas compréhensifs... Aujourd'hui j'étais en cours et j'ai craqué, je me suis mise à pleurer. Pourquoi ? parce que je suis fatiguée de mon corps : j'ai eu des problèmes de hanches, j'ai des problèmes de dos et en plus le mot SILENCE ne fait plus partie de mon vocabulaire... Ils me regardent tous comme si j'étais une extra terrestre, comme si je n'étais pas normale. Vous qui n'avez pas d'acouphène, vous ne savez pas ce que c'est que de vivre avec un sifflement dans la tête qui vous suit partout où que vous alliez ! Un bruit qui même quand vous êtes fatigué ne vous laisse pas partir dans le monde du silence.

RÉVOLTE

Je voudrais que les gens comprennent que ce n'est pas facile de vivre avec un acouphène. On ne se rend pas compte à quel point le silence est précieux, c'est quand on le perd que l'on voit à quel point il est apaisant. J'aimerai le retrouver juste un instant à défaut de toujours, mais je suis condamnée à vivre dans ce monde où pas une minute ne me sera laissée...
Je suis lassée de voir ces personnes qui écoutent de la musique à fond car ils ne se rendent pas compte de ce qui peut leur arriver, il faut faire quelque chose : tous ensemble, on doit tout faire en sorte pour que plus personne ne souffre ainsi.



précédent Sommaire de la rubrique    haut Haut de la page
imprimer Mettre en forme pour impression     envoyer Envoyer à un ami

Valid XHTML 1.0!    Copyright © Association de Prévention des Traumatismes Auditifs (APTA). Tous droits réservés.    Valid CSS!