Témoignage de Nicko, 23 ans
Publié en avril 2008

J'ai subit un traumatisme acoustique le 14 octobre 2006, lors de l'un de mes concerts (j'étais chanteur dans un des groupes qui jouaient ce soir là) dans une salle plutôt mal conçue, au réglage sonore sans limitation de décibels (Palais Bar à Paris).

J'ai eu un traitement d'urgence (vasodilatateurs et cortisone) afin de traiter mes acouphènes et mon hyperacousie, qui étaient faibles à l'époque.

Un ORL assez spécialisé dans le domaine m'a conseillé d'aller voir un audioprothésiste afin d'effectuer une thérapie aux bruits blancs 8h par jours pendant 3 mois (location d'appareil = 350 Euros pour 6 mois).

Au fur et à mesure, tout allait mieux, j'ai été agréablement surpris par l'efficacité de ces appareils.

Les divers ORL que j'ai pu consulter m'ont affirmé que je pouvais reprendre la musique en groupe, protégé avec des prothèses auditives - 25 dB(A).

J'ai donc réintégré un groupe en tant que guitariste, protégé avec protections - dB(A) + casque de chantier - 30 25 dB(A) (je voulais être prudent).

Cinq mois se sont passés sans problème, où je n'ai fait que des répétitions. Mais suite à un concert donné le 21 juin 2007 (avec toujours autant de protection auditive), j'ai subit de nouveau un traumatisme : J'en ai déduit que lorsqu'on est atteint par l'hyperacousie, même légèrement, la musique en groupe est à proscrire sous peine d'aggravation des effets).

J'ai hélas la ferme impression d'avoir été mis en grave danger par l'ignorance des divers ORL que j'ai pu voir : ils permettent aux gens souffrant d'hyperacousie de fréquenter les milieux de musique amplifiée dépassants les 80 dB(A), alors qu'ils ne connaissent pas suffisamment les risques, la cause et les mécanismes de cette pathologie.

Depuis ma vie est un véritable enfer.

Malgré un nouveau traitement d'urgence, cela ne s'est jamais amélioré.

J'ai même réessayé de faire une thérapie aux bruits blancs, mais je ne les supporte plus : je suis apparemment trop atteint pour que cela re-fonctionne (douleurs et augmentation des symptômes après plus heures de port d'appareils).

Le bilan :

Aujourd'hui, après plusieurs mois de repos, je ne perçois qu'un acouphène supportable. Cependant, mon hyperacousie est devenue si invalidante et insupportable suite à ce second traumatisme, qu'il m'est quasiment impossible de sortir de chez moi sous peine d'aggravation.

C'est un véritable cercle vicieux : si l'on se protège avec des bouchons, l'hyperacousie augmente et si l'on ne se protège pas du tout, elle augmente aussi.

Ma vie est donc devenue infernale et très limitée :

Je ne peux plus sortir comme avant (soirées, bars, cinéma etc.) voire ne plus sortir du tout (Exemple : les bruits de la circulation me fatiguent énormément et me font mal, je ne peux plus emprunter les transports en commun),

. J'ai du arrêter la musique en groupe,

. J'ai des douleurs régulières aux cervicales et à la nuque,

. J'ai des symptômes divers (céphalées, nausées, vertiges, insomnies),

. Je suis en dépression permanente (je suis actuellement sous anti-dépresseurs),

. J'ai des difficultés de concentrations, je ne peux plus exercer mon métier en tant que vendeur de produits ludiques (bruits ambiants fatigants et musique dans les magasins) et ma vie sociale commence vraiment à être affectée (même si j'ai ma conjointe, mes parents et des amis proches pour me soutenir).

Bref, je ne vis plus... J'ai quasiment tout perdu : mon bien être moral et physique, ma plus grosse passion qui est la musique et surtout, je n'arrive pas à envisager mon avenir professionnel. Ainsi, étant jeune et ne pouvant plus exercer mon métier, je n'aurai bientôt plus de ressources financières (je suis en situation précaire actuellement). Ma conjointe et ma mère (divorcée) supportent financièrement mon handicap. Il est d'ailleurs difficile de subvenir aux frais des prescriptions de soulagement non remboursés sans avoir d'emploi. Aujourd'hui, je m'occupe la plupart du temps au calme, chez moi, en attendant d'être déclaré invalide.


Document original : http://audition-prevention.org/temoignages/temoignage_nicko_2006.php

Copyright © Association de Prévention des Traumatismes Auditifs (APTA). Tous droits réservés.