Témoignage de JF, 20 ans
Publié en novembre 2002

J'ai décidé d'écrire ce témoignage afin de sensibiliser celui qui le lit, d'un réel problème dont je n'avais jamais entendu parler avant qu'il me tombe dessus et chamboule totalement le cours de ma vie :

J'ai toujours été un grand amateur de musique. J'ai fait dix ans de conservatoire solfège et guitare classique. J'ai commencé à jouer dans des groupes de rock à partir de 16 ans ou je composais la musique .On peut dire que la guitare était ma passion j'en jouait au minimum 2 heures par jour . Dans mon existence j'ai assisté a de nombreux concerts de jazz car mon père joue de la guitare dans un groupe de Jazz. Mais J'ai commencé à voir les concerts de mes groupes préférés qu'à l'age de 18 ans quand j'ai commencé mes études supérieures à Lyon. J'ai assisté à un concert des Red Hot Chili Peppers au zénith de paris en 99 (sûrement le plus fort niveau volume) puis Ben Harper au palais des sports de Lyon en 2000, K's Choice à Lyon en 2001, Smashing Pumpkins à Lyon en 2000, Ska P à Lyon en 2001, Radiohead en 2000 à paris près du stade de France. Je suis sorti de tout ses concert sans aucunes séquelles auditives.

Un jour je passe 2 heures, pas plus car mes amis et moi en avions rapidement marre, dans une boite de nuit londonienne histoire de sortir un coup et de s'amuser. J'allais en moyenne moins de trois fois par ans en boîte car ce n'était pas mon truc...En sortant comme après toute exposition sonore j'ai les oreilles dans le coton ... Je ne m'en fais pas : je me dis ça passe comme d'habitude... quelle naïveté !

Le lendemain je me réveille avec des sifflements dans les deux oreilles et surprise quand je prends le tramway tous les bruits environnants auxquels je ne prêtais pas attention d'habitude me deviennent insupportables. Inquiet le même jour je décide de foncer chez un ORL. Je lui explique ma situation et la il me fait faire un audiogramme et là il ne constate aucune perte auditive. Il me dis alors que j'ai rien et que ça va passer. Il m'apprend que ces petits sifflements s'appellent acouphènes et me prescrit un petit sirop. Ouf me voilà rassuré. Je rentre chez moi et me dis que tout va rentrer dans l'ordre. Le lendemain ma sensibilité auditive s'améliore et ce pendant deux semaines mais au bout de la troisième semaine ma sensibilité recommence à augmenter. Je décide donc de repartir voir l'ORL en question qui ne comprends pas ce que j'ai et qui m'envoie voir un autre ORL pour faire des tests sur l'oreille interne. Et là c'est le même constat : aucunes pertes auditives et pas de problème pour le nerfs auditifs. Il me donne des vasodilatateur en faible dose par voie orale et il me dis que je vais bien, que ça va passer...
Mais une semaine plus tard ça ne va toujours pas mieux et je décide donc de faire des recherches sur Internet et en tapant le mot acouphène sur un moteur de recherche je tombe sur le forum de France acouphène et la stupeur je découvre le mal qui me ronge porte un nom : Hyperacousie. Et là, la présidente de l'APTA répond à un de mes messages laissés sur le forum. J'apprends que le seul moyen de retrouver une audition intacte après un traumatisme sonore c'est les perfusions de vasodilatateurs et corticoïdes à forte dose et que cette méthode est efficace que si elle est appliquée peu de temps après le traumatisme. Consternation...
Donc je vais consulter un troisième ORL à qui j'explique clairement les choses en lui imposant presque de me donner des perfusions mais il a été très compréhensif et il a accepté très facilement.
Donc pendant une semaine j'ai eu des perfusions le matin et j'allais en cours l'après midi. Après ces perfusions j'ai réussi à obtenir des séances de caisson hyperbare et à la fin de l'année scolaire mon état était vraiment lamentable et je me refais hospitaliser à temps complet pendant une semaine avec perf et caisson.

Après ce traitement de choc mon état s'améliore peu a peu pendant deux mois mais la sensibilité et toujours là . L'année scolaire suivante l'hyperacousie se réinstalle peu à peu.
Et maintenant un an et demi après mon traumatisme j'ai décidé d'arrêter temporairement mes études pour essayer le dernier espoir qu'il me reste : la TRT qui est une technique qui consiste à désensibiliser son oreille en portant des générateurs de bruits blancs tout en ayant un suivi psychologique.

Je ne vais pas revenir sur les contraintes qu'impose l'hyperacousie. Je dirais simplement que je n'ai pas touché à une guitare depuis un an. Au début cela m'a beaucoup affecté mais peu à peu je me suis rendu compte que ce n'était vraiment rien par rapport aux contraintes sociales que ce symptôme m'impose.
Je penses que tous les concerts que j'ai vu étaient plus dangereux que la boite de nuit ou j'ai eu le traumatisme car le son y étaient bien plus forts... D'ailleurs si vous regarder la liste des témoignages vous pouvez voir que Anna à assister au même concert de Radiohead que moi (sûrement le concert le moins forts pourtant), Edern a assisté à la même tournée que moi pour les Smashing Pumpkins et j'ai appris par la suite que le concert de Ben Harper qui s'était déroulé à Grenoble a causé des traumatismes auditifs...
Ne croyez pas que parce que ces artistes font des centaines de concerts par ans que le problème des acouphènes et de l'hyperacousie soit très rares... Ils portent des protections auditives très sophistiquées qui coûtent des milliers d'euros dans chacune de leurs oreilles.

Je suis certain du fait que si on agit rapidement en ayant des perfusions peu de temps après le traumatisme on a toutes les chances de récupérer entièrement ses oreilles. Ca peut paraître paradoxal mais des fois je penses que si j'avais eu des pertes auditives j'aurais peu être plus eu de chances de me faire rapidement hospitaliser comme pour une surdité brusque...

Je n'ai pas eu la chance d'être informé à ce sujet car avant mon traumatisme je n'avais jamais entendu les mots acouphène et hyperacousie même pas dans la tonne de magazine de musique que j'ai pu ingurgiter. C'est pourquoi je pense que le rôle de l'APTA est essentiel même si ce serait plus au corps médical (incompétent la plupart du temps dans ce domaine) de sensibiliser le public. Et je voudrais particulièrement remercier les membres du bureau de l'APTA qui m'ont beaucoup aidé dans ma galère.



précédent Sommaire de la rubrique    haut Haut de la page
imprimer Mettre en forme pour impression     envoyer Envoyer à un ami

Valid XHTML 1.0!    Copyright © Association de Prévention des Traumatismes Auditifs (APTA). Tous droits réservés.    Valid CSS!