Témoignage de Henriette, 39 ans
Publié en novembre 2002

10h17, vendredi 21 septembre 2001, je travaille avec une stagiaire IUFM dans la salle des professeurs du collége Stendhal (TOULOUSE), lorsque la cloison s'avance vers nous dans les bruits de verre et les hurlements des élèves. Aprés l'évacuation totale du batiment, je reviens parcourir les ruines pour réaliser " A QUOI J'AVAIS ECHAPPE !"

J'avais une chance immense : je n'étais pas blessée.
Recouverte d'une boue visqueuse, le nez et la gorge " en feu ", je récupère mes enfants sains et saufs à 14 heure. Mon domicile est intact.
dans les heures suivantes, je m'aperçois que contrairement à mon habitude, je ne mets plus l'écouteur du téléphone contre mon oreille gauche. Je suis en état de choc.

Pendant le mois suivant, j'ai travaillé dans l'urgence:
- récupération du matériel pédagogique dans les ruines.
- accueil et réconfort des élèves.
- journées entiéres avec les élèves sur les différents lieux d'accueil.
- installatiion dans les algécos et reprise du planning habituel.
Je suis épuisée, je ne supporte plus les bruits, j'ai mal à la tête.
Je n'ai pas le temps de réfléchir; heureusement , je dors bien.

Avec mes enfants, nous allons au théatre. Je me bouche les oreilles, je voudrais partir mais comment laisser ma fille de 4 ans qui est captivée par le spectacle. Je ne supporte plus l'écouteur du téléphone, je n'utilise que le haut parleur.

Enfin les vacances de Toussaint, je vois un ami psychiatre. Son diagnostique : j'ai positivé l'évènement et maintenant je dois me reposer. Je consulte un orl : les tests auditifs ont été agressifs et douloureux. Comme mon médecin généraliste, il diagnostique une hyperacousie douloureuse sans perte auditive.

Je suis persuadée que tout va s'améliorer dès que je serais reposée. Je ne suis ni anxieuse, ne angoissée seulement extenuée. Progressivement je baisse tous les sons (radio, reveil,....)
Je supprime tous les "bip" et j'achéte des bouchons d'oreilles.
Ma tentative de cinéma avec les bouchons d'oreilles se révèle insoutenable.
Pendant les vacances de Noel, je fais une cure de sommeil et je fuis toutes les festivités.
Je commence l'année 2002 détendue, reposée et sereine.
Au bout de 15 jours , je déchante : mes problémes auditifs ne diminuent pas, au contraire ,je suis en état de saturation. J'ai l'impression d'avoir un ampli et des échos dans la tête , les murs , les plafonds, les arbres me renvoient les sons. Tout est multiplié.

OH! QU'ILS SONT TERRIBLES LES BRUITS de la cuillère contre l'assiette, de la craie sur le tableau, des chaises que l'on déplace........

Qu'il est difficile et épuisant d'assister aux réunions, aux repas.........
Les agressions auditives quotidiennes provoquent des maux de tête de plus en plus persistants.
Je dois me rendre à l'évidence : mes oreilles ont changé, je suis blessée.

JE FAIS PARTIE DES VICTIMES DE L'EXPLOSION D'AZF.

En février 2002, un bilan orl détecte une légère perte auditive et toujours l'hyperacousie douloureuse pour laquelle mon médecin me conseille des bouchons anti-bruits.
Avec mes bouchons anti-bruits, je peux supporter le bruit de la craie sur le tableau, le bruit des élèves dans la classe (lorsqu'ils sont calmes). Mais ils sont inefficaces pour les sonneries diverses, les klaxons des véhicules, les instruments de musique, les chanteurs "sans micro", l'aspirateur , le mixer, les tondeuses, les perceuses,.....Malgré mes bouchons anti-bruits, trop de sons me traversent les oreilles et la tête comme si je recevais une décharge électrique. Lorsque cette décharge est trop violente (ex: le verre qui heurte l'assiette), j'ai la sensation que mon cerveau se tétanise pendant quelques secondes. Les vibrations de machines (comions, harley, bouches d'aération.....),me font vibrer les tympans, c'est insupportable. Notre monde est rempli de "bip" (caisse enregistreuse, véhicule, photocopieuse, machine à laver..) ET et ma tête explose à chaque bip.

LORSQUE MA TÊTE EST TROP PLEINE DE BRUITS, ELLE DEBORDE EN CEPHALLEES MIGRAINES TENACES.

Depuis Aôut 2002, un sifflement aigu vient régulièrement perturber mon oreille gauche.
Je suis dans l'attente d'une expertise médicale depuis mars 2002.

ADIEU: concerts, spectacles, théatre, cinémas, cirques, musique, festivités, carnavals, kermesses, feux d'artifice, restaurants, réunions amicales, anniversaires...

IL EST DIFFICILE DE VIVRE ISOLE DES AUTRES

Ma vie privée est réduite à une peau de chagrin. Je m'accroche désespérément à ma vie professionnelle. Mais combien de temps vais-je tenir à côté, du chantier de démolition et de reconstruction du collège Stendhal.



précédent Sommaire de la rubrique    haut Haut de la page
imprimer Mettre en forme pour impression     envoyer Envoyer à un ami

Valid XHTML 1.0!    Copyright © Association de Prévention des Traumatismes Auditifs (APTA). Tous droits réservés.    Valid CSS!