Témoignage de Guillaume
Publié en novembre 2001

C'était en 1998. Les Spice Girls (alors à leur apogée...) passaient en concert à Lyon. J'étais alors étudiant sur Lyon. Ma copine d'alors, ainsi que ses cousines, accompagnaient sa soeur au concert à la Halle Tony Garnier (Salle de concert connue à Lyon) le jeudi soir.

J'ai décidé de les accompagner. Elles ont absolument voulu se mettre presque au premier rang pour "bien voir" le groupe. Nous étions légèrement sur la droite de la scène, juste en face des enceintes.

La première partie s'est bien déroulée, quoiqu'un peut forte. Pour la deuxième partie, le concert en lui même, le volume est encore monté . Mes vêtements tremblaient au rythme des basses de la musique... et par moment les aigus me dérangeaient. Je me bouchais les oreilles de temps à autre. D'ailleurs je trouvais que le son était bien meilleur avec les oreilles bouchées que non.

A la sortie du concert, je me sentais très assourdis , avec un sifflement aux oreilles , surtout la droite. Je demandais aux autres si elles avaient les même symptômes... et elles me répondirent que oui, que c'était normal et que ca passerait demain.

C'était mon deuxième concert. Je me souvenais qu'en sortant de discothèque ou de mon premier concert cela m'était déjà arrivé. Je me suis couché, dans une tempête de sifflements stridents des plus insupportables.

Le lendemain, lorsque mon réveil a sonné, j'avais encore des sifflements dans les oreilles et je n'entendais pas très bien... je n'étais pas bien du tout. Je devais aller en cours, mais les sifflements m'incommodaient au plus au point.

Le buit que faisait mes colocataires était presque insupportable. Lorsque leurs bruits passaient à une certaine fréquence, ils étaient horriblement forts . Le pire a été quand l'un de mes colocataire s'est mis à siffler... sans le faire exprès bien entendu ! Je ne pouvais pas tenir et lui ai demandé d'arrêter au plus vite.

Eux ne comprenaient pas très bien ce que je ressentais. Ils partirent pour les cours auxquels je décidais de ne pas aller. (pas de commentaire...)

D'un coup, je voyais ma vie filer et tout ficher le camp ; avoir l'impression de ne plus pouvoir faire ce que l'on s'était fixé ! J'adorais la musique, j'avais l'intention d'y travailler... ingénieur du son, réalisateur d'émission de radio... j'avais un peu entendu parler des risque du son... et la situation dans laquelle je me trouvait me semblait critique.

J'ai été pris d'un malaise et ma tête tournait... je me suis allongé sur mon lit pour me calmer et reprendre un pouls normal. La situation était d'autant plus critique que je n'avais pas dit à mes parents que j'allais à ce concert... !

Comment leur annoncer que j'étais allé à ce concert et qu'à cette occasion j'avais abîmé, voir détruit mes oreilles... c'était inconcevable ! Je me suis dit que ca allait passer... et je suis rentré comme si de rien n'était chez mes parents ce vendredi soir. (lendemain du concert)

Le lendemain matin, alors les sifflements n'avaient pas cessés de la nuit... je décidais d'aller chez un prothésiste auditif pour faire un bilan. Je savais qu'un prothésiste travaillait à deux rue de chez me parents.

Le bilan était alarmant... perte des fréquences autour du 1500-2000 Hz sur les deux oreilles, avec une accentuation sur l'oreille droite. Que faire ?

Le prothésiste me dis d'aller voir un docteur pour avoir un traitement... Le lendemain (dimanche) j'appelais ma tante, fort heureusement médecin dans la même ville que mes parents. J'allais la voir pour qu'elle m'ausculte.

Bilan : lésion interne de l'oreille... remède ? pas de miracle...

Elle me prescrivit des vasodilatateurs en comprimés en me disant que si tout n'allait pas mieux dans une semaine, il faudrait m'hospitaliser pour faire un traitement plus poussé...

Dans la semaine qui suivit, j'allais faire des tests chez d'autre prothésistes auditifs (des simples bilans sont en général gratuits ! ).

Ca avait l'air de s'arranger... les acouphènes disparaissaient peu à peu. Ouf ! soulagement... Les autres personnes avec moi, placées au même endroit ne ressentaient plus rien le lendemain du concert...

Aujourd'hui je n'ai plus d'acouphènes. Mais je suis très vigilant car je sais que j'ai eu BEAUCOUP de chance de ne pas avoir plus de séquelles .. . peut être que cela viendra avec l'âge... alors mieux vaut protéger mon audition !

J'ai eu la chance d'avoir un médecin pour m'écouter. Ce n'est pas le cas de tout le monde...

Chaque fois que je sors dans un lieu ou il va y avoir beaucoup de bruit (discothèque, concert,...) j'ai toujours des bouchons en mousse ou en cire que je mets. Oui oui ! même en discothèque ! j'en ai trouvé des oranges fluo qui deviennent encore plus fluo sous les lampes violettes !

Je pense qu'il est très important de limiter encore plus le niveau sonore dans les discothèque par exemple ou les concerts. Le son est moins bon quand il est trop fort, et surtout il est plus dangereux !

Si tout le monde met des protections auditives en discothèque, tout le monde aura compris !

Ce n'est pas très compliqué, ça coûte pas cher (7FF) et ça peut sauver vos oreilles... et même votre vie ! Alors ça ne vaut pas le coup de s'en passer ! [Slogan ?]

Aujourd'hui j'espère ne jamais revivre ces moments d'acouphènes... et je vous souhaite de tout coeur bon courage vous tous. Votre association est indispensable... et il est dommage que l'on soit obligé de guérir au lieu de prévenir.

A quand un stand de distribution de bouchons d'oreille à l'entrée des concerts et des discothèques ?



précédent Sommaire de la rubrique    haut Haut de la page
imprimer Mettre en forme pour impression     envoyer Envoyer à un ami

Valid XHTML 1.0!    Copyright © Association de Prévention des Traumatismes Auditifs (APTA). Tous droits réservés.    Valid CSS!