photo du témoin

Témoignage de Frédéric, 30 ans
Publié en janvier 2000

Le 23 juin 1993, j'ai participé à un concert de U2 au stade de la Meinau à Strasbourg. J'avais été engagé par la Ville de Strasbourg pour faire de la figuration sur scène. Depuis, je souffre d'acouphènes intenses et d'hyperacousie douloureuse (intolérance à tous les sons).

Les acouphènes se manifestent sous forme d'un bruit de fond dans la tête et de sifflements aux deux oreilles. Quant à l'hyperacousie, je dirais seulement que, pendant des mois, le simple fait de tourner une page me faisait pleurer ! En un mot, j'étais vraiment très atteint...

A l'époque, j'étais musicien (piano classique et guitare) et la musique était vraiment ma passsion. J'ai bien sûr du arrêter la musique et je suis resté 4 ans sans travailler.

Du point de vue des traitements, j'ai d'abord essayé toutes sortes de médicaments sans résultat. J'ai rencontré de très nombreux spécialistes de tous horizons et je suis allé de déception en déception. Aujourd'hui, je ne veux plus entendre parler de ces gens.

J'ai commencé une TRT deux ans après le concert. Les 2 premières années, je l'utilisais sur les 2 oreilles et par la suite 1 seul appareil sur l'oreille la plus atteinte, depuis le réveil jusqu'au coucher. Depuis 2 ans je le porte avant de m'endormir seulement, mais à volume plus fort pour couvrir mes acouphènes et me relaxer, car cela m'angoisse toujours.

Je suis incapable de dire quand mes symptômes ont commencé à diminuer ni quand j'ai perçu les premiers signes d'amélioration. Cela s'est fait progressivement et à mon insu. Cependant, on ne peut pas parler de guérison : 6 ans et demi après le concert, les acouphènes sont plus supportables mais toujours présents.

Quant à l'hyperacousie, je peux sortir en ville sans protection, mais je suis toujours très gêné par les bruits les plus forts et les sons de certaines fréquences. Par exemple, lorsque je reste assez longtemps dans un bar, je souffre de névralgies faciales et de maux de tête.

À titre d'information sur le peu de cas accordé aux acouphéniques par les autorités médicales, judiciaires et politiques françaises, je signale que l'expertise que j'ai subie dans le cadre d'une procédure judiciaire que j'ai intentée à la ville de Strasbourg me reconnaît un taux d'invalidité partielle et permanente de seulement 5% ! (hyperacousie et acouphènes). Quant au quantum doloris, pour l'expert il est inexistant et les souffrances négligeables !

J'ai pu recommencer à travailler depuis seulement 2 ans, dans un bureau. Le fait que je sois reconnu comme travailleur handicapé a facilité ma réinsertion professionnelle.



précédent Sommaire de la rubrique    haut Haut de la page
imprimer Mettre en forme pour impression     envoyer Envoyer à un ami

Valid XHTML 1.0!    Copyright © Association de Prévention des Traumatismes Auditifs (APTA). Tous droits réservés.    Valid CSS!