Témoignage de Cédric, 23 ans
Publié en juin 2001
Pour contacter directement Cédric : cherman@netcourrier.com

Je tiens d'abord à dire que j'apporte mon témoignage par solidarité à ceux et celles qu'ils l'ont fait sur ce site. En effet je ne sais vraiment pas si j'ai ma place sur cette page quand je lis les autres témoignages, je dirais que mon cas se rapproche plus de celui de sébastien.

Cela remonte à un peu près un an lors d'une soirée organisée par l'école des ponts et chaussés à marne la vallée, la musique y était quand j'y repense relativement forte et la distance de sécurité, séparant la foule des enceintes démesurées, trop petite. Je pense que mon traumatisme sonore est survenu lorsqu'en revenant du bar je suis passé trop près de l'enceinte, je n'ai pas ressenti de douleur, seulement comme un souffle d'air et une sensation de mal au c½ur. En quittant la soirée, j'avais des sifflements comme toute personne sortant d'un endroit bruyant, je ne m'inquiétais pas particulièrement. Le lendemain, impression d'oreilles bouchées mais je me disais que ça allait disparaître dans la journée. Après 2 jours j'avais le sentiment que tout était revenu et je l'ai pensé pendant plusieurs mois. En fait j'avais un très léger acouphène que je n'ai entendu que 5 mois après.

Pourquoi tout ce temps ? la réponse est toute simple. Les 5 mois qui ont suivi ce traumatisme j'habitais chez mes parents, et de ma chambre j'entends le tic tac de l'horloge et la ventilation... puis j'ai du partir étudier à metz, et dans mon studio la nuit pas un bruit, excepté ce tout petit son aigu, pas localisé à un endroit précis, j'ai l'impression de l'entendre dans les oreilles ou alors la tête ou bien les deux, j'avoue ne pas savoir réellement !
C'est pas quelque chose qui m'a vraiment empêché de dormir, je dirais que je mettais un peu plus de temps à trouver le sommeil parce que j'y pensais chaque fois avant de m'endormir. Je me disais qu'avec le temps ça passerait peut être... il s'est écoulé environ 11 mois depuis le traumatisme pour que je me décide a enfin aller voir un ORL.

J'ai pris cette décision après voir vu des sites et des témoignages traitant des acouphènes, ce qui m'a alerté et décidé d'aller voir un spécialiste. Après examen, l'ORL m'a dit que je n'avais rien perdu en audition et que pour lui ce petit acouphène que je n'entends pas la journée (masqué par le bruit ambiant) devrait s'effacer si je suivais un traitement. Il m'a prescrit du nootropyl pendant 1 mois. Ça fait 15 jours que j'ai terminé la prise de ce médicament et je n'ai pas l'impression qu'il y ait une amélioration. J'ai pris un nouveau rendez vous pour le voir dans une semaine et lui faire part de mes commentaires.

C'est vrai que le mois dernier j'ai beaucoup pensé à mon acouphène et que j'avais l'impression de l'entendre davantage ! Mais depuis peu je relativise et me dis que finalement mon cas est bénin par rapport à d'autres qui souffrent jour et nuit ! c'est peut être bien ce qui m'est arrivé, j'ai de la chance, car cette expérience a été un avertissement. J'ai pris conscience des dangers liés au bruit, j'essaie d'éviter au plus possible les lieux bruyants, et porte des protections en cire quand je vais en soirée (quand c'est bien mis, c'est relativement discret et efficace !).
Pour terminer je dirais que j'ai intégré l'acouphène comme faisant partie de moi, je ne suis plus à l'affût du moindre bruit que je peux entendre la nuit (est ce mon acouphène ou un bruit extérieur ?) et que je m'en porte très bien.



précédent Sommaire de la rubrique    haut Haut de la page
imprimer Mettre en forme pour impression     envoyer Envoyer à un ami

Valid XHTML 1.0!    Copyright © Association de Prévention des Traumatismes Auditifs (APTA). Tous droits réservés.    Valid CSS!